wtf dudeEn introduisant il y a peu la série Modern Player, Fender a semé un peu plus le trouble dans mon esprit les concernant.

La bonne nouvelle, c’est que la marque américaine semble avoir retrouvé le chemin du département R&D et nous bombarde de nouveautés depuis quelques mois, à en perdre le fil.
Pour rappel, nous avons eu droit cette année à la série Pawn Shop, fabriquée au Japon, aux Blacktops mexicaines et à de nouvelles déclinaisons Roadworn, désormais aussi disponibles en made in USA. Et maintenant, même si vous n’en rêviez pas, Fender l’a fait quand même : voici Fender Asia. À ne pas confondre avec Squier (Asia) by Fender évidemment… 😀

Modern Player Series

La Modern Player Series comprend pas moins de 7 modèles : 4 guitares et 3 basses.
Pour une fois, Fender recycle ses vieilleries en y apportant un peu plus de vraies nouveautés qu’à l’accoutumée.
C’est parce qu’on les aime bien qu’on leur laisse le temps… mais des dizaines d’années pour raboter le talon d’une Telecaster ou penser à varier les configurations électriques des modèles existants (par exemple), c’est quand même « intriguant » (vais-je me contenter de dire…).

Bref, ici, on a du « nouveau » (toujours à base de vieux évidemment) :fender modern player series

Telecaster Plus HSS, Telecaster Thinline Deluxe, Jaguar et Marauder pour les guitares et Telecaster Bass, Jazz Bass et Jaguar Bass pour les 4 cordes.

Plus d’infos sur le site Fender.

 

« The new Modern Player series continues that great “my-first-Fender” tradition, with thoroughly modern features and several distinctively unconventional new takes on our most revered instruments—all with outstandingly attainable value. »

Comme ils l’annoncent dans le communiqué, cette série est destinée à faire perdurer la tradition de « sa première Fender » (ça sonne mieux en anglais dans le texte quand même !). C’est donc de l’entrée de gamme qu’il s’agit ici, domaine habituellement réservé à la sous-marque Squier.

Ce choix de positionnement conditionne une partie des spécifications des différents modèles de la Modern Player Series : le choix des bois, des micros d’origine, …
Il est trop tôt pour se prononcer, mais si ces Fender Asia sortent de la même usine que celle qui fabrique les Squier Classic Vibes, la qualité devrait être au rendez-vous… malgré qu’elles ne soient pas super excitantes sur le papier, je vous le concède. Faut avouer que certaines ont des bonnes gueules !

Du coup, ça me laisse perplexe sur pas mal de choses.

I’m confused

Fender HeadstockAvant ça, obtenir « le privilège » de jouer avec le badge Fender sur la tête se négociait aux alentours de 500 euros, avec la série standard mexicaine.
Ces Modern Players asiatiques devraient se vendre un peu en dessous de 400 euros par chez nous (399$ aux USA… soit), tandis que les tarifs des modèles standards de chez Squier tournent autour de 250 euros (300/350 pour les très sympathiques Classic Vibes, soit presque l’équivalent des nouvelles Fender Asia).

Mon constat, c’est qu’à force de déclinaisons, Fender s’est retrouvé confronté à la comparaison des modèles entre eux. Un manque de différences flagrantes entre les gammes, avec une tarification parfois peu compréhensible qui ont engendré une liste des débats sans fin dans la quête du meilleur rapport qualité-prix. Pour ne citer que ceux-là : Mexicaine vs Americaine / Squier vs Mexicaine Standard / Custom Shop vs guitare de luthier / … #troll

La seule chose qui était plus ou moins définie, c’était l‘entrée de gamme, réservée à Squier depuis quelques années. Aujourd’hui, Fender revoit sa notion du bas de gamme en réintroduisant son concept de guitare d’étude et bradant ainsi son image au profit de l’accessibilité à tous.
Jouer sur la légende de la marque pour vendre, c’est compréhensible, mais est-ce vraiment louable en soi ? Et surtout : est-ce que ça va vraiment servir l’entreprise ?

J’sais plus qui disait « Le jour où tout le monde sera exceptionnel, plus personne ne le sera. » Et quand tout le monde aura une Fender ? 😀

squier logoLe cas Squier

Que vont-ils faire de Squier ? Après avoir vendu d’horribles bouses pendant des années, l’historique sous-marque du géant américain produit enfin des bons produits dont certains font jeu égal avec l’entrée de gamme mexicain (qualitativement). Ce serait quand même ballot de s’en séparer maintenant, non ? 😀

Pour ce premier lot de guitares et basses, Fender a (heureusement) eu la bonne idée de ne pas proposer des modèles similaires au catalogue Squier, sans quoi les offres se seraient cannibalisées et les Squiers seraient vite devenues anecdotiques.

Là où je pense que Fender s’est pris un peu les pieds dans le tapis, c’est que dans sa logique de « jouer sur la légende du badge pour vendre aux débutants », aucun des modèles mythiques de la marque ne se trouve dans une configuration « classique « .
Piégé à leur propre jeu, avec Squier en aval et les Mexicaines en amont.

Bizarrement, cette série Modern Player va, à mon avis, trouver plus d’échos du côté des guitaristes qui envisagent une deuxième ou troisième guitare (et qui se refusent au marché de l’occasion) que du côté des débutants cherchant la plupart du temps à avoir la reproduction la plus fidèle (et la moins chère possible) du modèle de leur guitariste préféré. (et ce dernier ne joue probablement pas sur les dernières brêles en date 😉 )

Du coup, le débutant qui désire ardemment une Stratocaster ou une Telecaster un peu classique : soit il passe sur une mexicaine standard et « bénéficie » du badge Fender, soit il reste chez Squier. L’écart de prix est suffisamment conséquent dans cette gamme de prix que pour être considéré.

Bref, je ne comprends pas pourquoi Fender met en avant le concept de première guitare pour cette série. Hormis l’aspect tarifaire qui intéressera peut-être les débutants,  je vois surtout ça comme un test par rapport à l’introduction d’une nouvelle production Fender low prices… Mais vu l’importance relative donnée par certains à la provenance de la guitare dans la production Fender, je vois mal comment ces asiatiques pourraient faire leur trou dans le catalogue de cette façon. Autant arrêter les standards mexicaines et les faire en chine à moindre coûts (quitte à proposer des variantes similaires aux Modern Players aussi dans cette série).

Je suppose que tout ceci s’imbrique dans un plan plus global de restructuration de la gamme, les choses ne devraient pas rester en états. On devrait y voir plus clair dans les mois et années à venir.

J’imagine plusieurs scénarios :

Downgrader Squier et fusionner les catalogues, et en (re)faire une pure marque d’entrée de gamme, entre 100 et 200 euros maximums.
squier classic vibe logoÇa laisserait la place aux guitares aux specs « authentiques », les Strat et Tele de la série Squier Classic Vibes intégrant par exemple la série d’entrées de gamme Fender en remplacement des mexicaines.

Fermer Squier : pas impensable non plus si le but est de donner du logo Fender à tout le monde. Après tout, si les gammes se voient mieux définies, l’ensemble du catalogue Squier peut être rebadgé Fender sans trop de problèmes, laissant la porte ouverte à la déclinaison des quelques modèles spécifiques à Squier dans des productions de qualité supérieure.

Affranchir Squier : laisser la marque grandir de la sorte en la séparant de plus en plus de l’enseigne principale Fender, bien qu’utilisant les mêmes formes de guitares.
Les pistes des customisations de Manson sont intéressantes, pourquoi ne pas proposer ce genre de chose d’une manière plus standardisée ? Ou proposer de manière systématique des versions cheaps des signatures Fender US ?

Je serais également curieux de voir ce que donnerait la gamme Squier équipée d’origine de micros de feu (ce qui équivaudrait à avoir une électronique du même prix que la lutherie en gros 😀 ). Les tarifs devraient flirter avec les mexicaines entrées de gamme et on aurait finalement quelque chose de vraiment bon dès le départ. Du vrai Seymour Duncan (déjà), où, rêvons un peu du Lollar, Bare Knuckles, Suhr, Tv Jones, …
Jdonnerais pas cher au milieu de gamme de Fender 😀

fender modern player series familyUpgrader les Modern Players Series pour en faire une alternative aux modèles existants, en opposition avec série Classic Player, en améliorant les specs pour en faire « d’honnêtes et dignes » Fender (relatif, je vais y revenir). Et pas touches à Squier !

Stay Tuned comme on dit 😉

En attendant…

Miser sur l’aura de la marque pour vendre nécessite néanmoins un minimum d’entretien de la légende ! 😉 Et je ne pense pas que décliner sans cesse sa gamme vers le bas aille dans ce sens…

Pire : il n’y a pas que la gamme qui se décline vers le bas… 🙁 Qualitativement, ce n’est quand même pas terrible.
..
Dernier exemple en date : le réglage d’usine de ma dernière Jazzmaster Blacktop était tout bonnement scandaleux ! Encore heureux que je ne l’achetais que pour sa lutherie (et le très beau sunburst) dans l’optique de la customiser… Je m’épancherai plus longuement dans un article dédié (car je ne suis apparemment pas le seul à avoir eu des soucis avec ce modèle), mais pour résumer : un bridge qui vibre, des vis qui se barrent toutes seules quand on joue ; à l’intérieur : des fils pas soudés (à se demander comment la guitare fonctionnait +/- correctement…), la masse reliée… au bois ! Sans compter que le humbucker était vraiment très moyen… Bref, un travail assez scandaleux pour les 600 euros demandés. Prenez une Hagstrom à côté, c’est le jour et la nuit.

fender black top jazzmaster

De manière plus générale, que ça soit à cause des configurations de micros faiblardes, des pièces standards foireuses ou des défauts de fabrication, la conclusion de mes années de GAS (à ce jour) est qu’une Fender bas/milieu/haut de gamme n’atteint un bon rapport qualité-prix que sur le marché de l’occasion. Et encore, pas tous les modèles !

D’un côté, heureusement pour l’entrée de gamme mexicain que les Modern Player soient si différentes… Y avait pas que les Squiers qui avaient du souci à se faire 😉

Alors si Fender pouvait sortir quelques modèles un peu originaux, bien faits, aux specs intéressantes, au lieu de se concentrer sur les riquettes en bois de cageot, ça ferait plaisir 🙂

Je fais partie de ceux qui préfèrent de bons micros à des bois exotiques en matière de guitare électrique. Micros d’une guitare = 75% du rendu global de la pelle. N’importe quel corps un peu correct peut faire des merveilles avec les micros adéquats. Et si on veut les deux (bois et micros top) : ben on met le prix, aussi simple que ça (pour les américaines par exemple…). Quant aux micros… Ils finiront peut-être par se rendre compte que leur humbucker ne ressemble à rien pas à grand chose et qu’ils feraient mieux de se cantonner à ce qu’ils savent plus ou moins faire.

Quand je pense que, pour le prix d’une neuve en magasin, j’ai mis un set de Lindy Fralin dans une Classic Series mexicaine d’occaz, et qu’elle fait pleurer les possesseurs de l’équivalente américaine « de base » à triple tarif, ça me conforte dans mon idée 😉

Conclusion

Concernant les Modern Player en soi, je n’aurais pas utilisé des modèles aussi différents de la gamme traditionnelle pour en faire des guitares d’études / produits d’appels. Ces évolutions méritent mieux qu’une entrée de gamme et les specs faiblardes inhérentes. Je ne comprends pas trop où Fender veut en venir avec sa gamme de produits (et Squier), mais après tout, si ça nous fait de bons instruments pas chers, on ne va pas s’en plaindre non plus.

Entretenir la confusion et parfois, désinformer les musiciens d’une certaine manière sont des pratiques ancestrales dans le monde de la musique. Sous différents prétextes (secrets de fabrication, méthode de ventes douteuses, cacher les spécifications réelles, etc.) et dans différents milieux (industrie de la lampe, fabrication des cordes, etc.), le manque de transparence et d’information, dans un objectif purement mercantile est un fléau 😀

Ici, Fender brouille de plus en plus les pistes et seules les personnes averties finissent par s’y retrouver, à condition de se tenir à jour. Faudra bientôt faire une formation pour décoder le catalogue et savoir précisément ce qu’on achète.

Personnellement, je vois une plus grande urgence à réorganiser le milieu de gamme et à creuser des écarts significatifs en terme de qualité (et donc de prix) qu’à s’acharner à construire une entrée de gamme. Si la qualité continue de baisser, Fender finira par être « entrée de gamme » quoiqu’il arrive, peu importe les lettres de noblesse passées.

Bref, Messieurs de chez Fender, quand vous en aurez fini avec vos conquêtes de marché, oubliez pas de nous vendre du rêve 😉

Une réaction ? Une question ? Un mot doux ? Commentez ici :

mxv