Le fantasque fabricant néerlandais Dr.No Effects et l’excentrique chanteur guitariste de Triggerfinger ont collaboré pendant 2 ans pour mettre au point la nouvelle dirt box signature Ruben Block. Si vous avez écouté l’album du groupe belge intitulé Colossus (tiens, tiens 😀), vous aurez déjà entendu la pédale en action 🙂

La Colossus est en réalité une double pédale avec une section Boost/Overdrive au côté d’une Octavia Fuzz.

Après avoir raté le 1er batch de fabrication en mars dernier, il était hors de question que je passe à côté d’un exemplaire du 2ème run de cette série limitée à 100 exemplaires.

Fan de fuzz (avec tendance à la collection) et fan de Triggerfinger : comment aurais-je pu ne pas sauter sur l’occasion ?

Triggerfinger in a Box !

La pédale porte donc le nom du dernier album de Triggerfinger, mais couvre plus généralement le son de Ruben des dernières années. Il change parfois de matos, mais ça sonne plus ou moins pareil. Ici, la section Boost met à votre disposition le son de Triggerfinger des chansons cultes.

Même si ce n’est pas mentionné explicitement, j’ai déduit que la section Boost est une combinaison de la Sola Sound Overdriver et de la section booster de la Roland Bee Baa Fuzz… ou « juste » une des deux.

J’en suis arrivé à cette conclusion en croisant les informations de la page de présentation avec cette excellente interview de Ruben par Judge Fredd en 2011, où Block fait mention d’une double pédale grise que je soupçonne être l’inspiratrice de la Colossus.

Je ne connais pas la Bee Baa, mais je peux confirmer que le comportement de la course de gain ressemble à celui de  l’Overdriver et que le grain de la pédale a des points communs.

La section Boost s’enclenche d’un footswitch et se contrôle via les 4 potentiomètres du haut de la pédale : Volume, Gain et l’égalisation 2 bandes Bass + Treble au centre.

Le deuxième footswitch actionne l’Octavia Fuzz qui se contrôle sur le côté droit de la pédale grâce à 1 potard de Volume latéral et un toggle switch avec 2 positions de Gain différent.

Le tout est monté à la main, décoré dans un style Art déco (ça aurait pu être plus kitsch connaissant Ruben :D) et surmonté de 4 énormes potentiomètres en laiton tournés à la main par un artisan aux USA.

Chaque boitier est numéroté par Dr.No et signé de la main de Ruben Block. C’est beau. Et c’est bon !

« Beware, this is no subtle piece of machinery ! »

Ruben prévient : on ne va pas faire dans la dentelle !

Et on ne peut pas lui donner tord, car même s’il y a moyen de l’utiliser de différente manière, genre en clean boost et d’avoir de belles nuances, c’est vraiment sur le dernier quart de la course du potentiomètre de Gain que la bête est jouissive / la plus intéressante.

C’est là que je vois une petite ressemblance avec l’Overdriver qui envoie sa sauce secrète sur la fin de la course du Drive.

L’Octavia Fuzz est aussi bien barrée, même si j’utilise moins l’option. Il y a un côté splashy (genre « qui semble éclabousser ») dans l’attaque et ce qui faut de folie pour pimper vos solos. Ça sonne à l’ancienne, bien crado.

L’effet octaver est bien dosé et n’est pas trop proéminent – dans la mesure où on ne sait pas le régler. Les étages de gains permettent de dompter l’effet suffisamment que pour apporter un changement notable. Pourquoi ne pas avoir mis un potard de mix ou de réglage tout simple à la place – question de choix, j’imagine.

Je vous invite à découvrir la pédale via les démos de Jessy Chancerel (qui joue bien mieux qu’il ne baragouine en anglais ;)) :

Conclusion

Je suis ravi d’avoir pu mettre la main sur une de ces éditions limitées. Certes, c’est très typé, mais ça reste polyvalent et franchement inspirant !

La Colossus envoie le paté, ainsi bien sur un ampli en son clair que déjà distordu ; où elle apporte son grain, sans l’imposer pour autant.

De même manière, elle se marie assez bien avec la plupart des pédales – même si « elle a ses têtes ». Il y a des combinaisons qui ne fonctionnent pas du tout ; comme avec la Plasma Pedal, qui est arrivée en même temps.

De manière générale, je préfère le rendu de la pédale avec des single-coils et P90 qu’avec des humbuckers, même si ça reste très bon aussi. Question de goûts, je suppose !

Pour une double pédale de cette qualité, avec une finition et un soucis du détail de la sorte, le prix de 272€ est plus que correct.
C’est un budget, je vous l’accorde, mais pour les guitaristes fans de Triggerfinger, c’est un must have ! Pour les autres, c’est une très belle et bonne grosse pédale qui transpire le rock par tous les pores.

J’ADORE !

Une réaction ? Une question ? Un mot doux ? Commentez ici :

mxv