Si j’estimais être servi en matière de Les Paul avec ma vaillante et désirable LP Studio montée en P90 et mon originale Duesenberg Starplayer Special équipée en Lipstick, c’était sans compter sur un coup de coeur digne de ma grande époque de Gear Addiction Syndrome.

Ce coup de GAS va presque à l’encontre de tout ce que je m’étais établi comme règles :

– Guitare prioritairement d’occasion (à quelques exceptions)
– Pas au delà de 2000€ (barrière psychologique pour une guitare d’usine)
– Pas de « buffet Louis XIV » (= pas de table d’harmonies trop travaillée)

Affichée neuve entre 2500 et 2900€ chez les différents marchands lors de sa sortie, la Les Paul Standard 2016 T ne constituait pas plus qu’une cible parmi d’autres à garder à l’oeil sur le marché de l’occasion.

Avec la sortie de la gamme 2019, on a vu certaines promotions allemandes assez démentielles sur les Gibson des dernières années. Une sorte de déstockage massif qui pouvait laisser entendre que ces guitares n’avaient pas eu le succès escomptés.

C’est finalement à moins de 1800€ que cette magnifique LP Standard version Tea Burst m’a convaincu de lui laisser une chance – avec la possibilité de renvoyer la guitare le cas échéant.

Spécifications 2016

Niveau lutherie, on reste dans les fondamentaux Les Paul Standard : un corps sculpté dans l’acajou avec table en érable et un manche collé en acajou, muni d’une touche en palissandre.
La finition Tea Burst sur table flammée AAA est recouverte de vernis nitrocellulose et entourée d’un binding crème de plus bel effet.
Des mécaniques autobloquantes Grover, un chevalet Tune-O-Matic et un Stop Bar complètent le tableau des specs habituelles des Les Paul, qui récupère sa largeur de manche historique (ndlr : cela avait été modifié – et décrié – sur les modèles des années précédentes).

La cuvée 2016 réserve quelques différences notables par rapport aux modèles historiques :

Le corps est allégé à l’aide de cavités spécifiques aux modèles Standard (et Studio). Il s’agit du Modern Weight Relief dont vous pouvez remarquer que le niveau d’évidage du corps se situe entre le chambered et la traditional :

Même si ca reste une guitare d’un certain poids, on est loin du souvenir que j’ai de modèles des 70’s/80’s que j’ai pu tester par le passé. Le feeling est super bon – et mon dos apprécie !

– Composé de 22 frettes, le manche possède un profil SlimTaper (60’s) légèrement asymétrique. Cette option est retenue pour améliorer l’accès aux aigus en courbant davantage la partie inférieure du manche.

Si j’adore le SlimTaper « standard » de mon ES339, je n’ai pas trouvé de changement fulgurant dans l’ergonomie de cette version asymétrique. Il est (peut-être) un peu plus fin, mais reste très agréable quoi qu’il en soit.

– Électronique remaniée : LA bonne surprise. Chaque potentiomètre est équipé d’un Push/Pull qui modifie le son à leur façon :

Potards Volume : split du micro Humbucker neck ou bridge pour l’utiliser comme un single-coil.
Potard Tonalité Lead : By-pass les réglages de volume et de tonalité. Tout à fond !
Potard Tonalité Rythm : Inverse la phase des 2 micros

Sous les doigts

Le setup d’usine était juste dégueulasse. Action trop basse, cordes spaghettis 9-46, fausse à l’octave sur les 6 cordes, … Ni Music Store, ni Gibson n’ont l’air d’avoir envie de faire des efforts à ce sujet. Soit.

La guitare est bien équilibrée malgré le gruyère interne du Modern Weight Relief. Comme je l’ai dit, ca reste une guitare d’un certain poids, mais super confortable. Elle sonne bien à vide et offre un bon sustain (avec des vraies cordes)… Notez également qu’elle garde bien l’accordage.

Et (bordel !) : qu’est-ce qu’elle est belle ! La table est vraiment magnifique.
Rien à redire au niveau des finitions : t’es content d’en avoir pour ton argent 🙂

Plug me baby

Une fois branchée, je découvre la version PRO des Burstbucker (AlNiCo V). Ici, ca me sonne un peu plus moderne que le souvenir que j’ai du couple BB 2 & 3 (AlNiCo II).

J’ai l’impression que les PRO tendent à être plus précis. Par contre, question niveau de sortie : ca envoie ! Le son est vraiment in-your-face ! C’est brutal, surtout en bridge.

Une fois splités via leurs push-pull respectifs, les micros surprennent par leur définition et la qualité des sons clairs qui en sortent. C’est pas une Stratocaster, mais c’est franchement convaincant (et c’est pas toujours gagné en splitant des micros doubles). On garde le corps, mais avec des attaques plus franches. Une belle surprise !
Avec le switch 3 positions, il y a moyen de faire des combinaisons intéressantes avec les 2 micros.

Si l’inversion des phases ne m’excite pas plus que ça, le By-pass permet de passer d’un réglage modéré volume/tonalité à directement tout à fond. Ca permet surtout de revenir sur les mêmes réglages après super facilement. Très pratique quand on est pas un As de la manipulation des potards 😉 (ndlr : J’ai mis ce système sur une Telecaster et j’en suis très content aussi.)

Conclusion

Ca fait plaisir de constater que Gibson sort encore des pelles de qualité. Que ca soit du coté de la finition ou des modernisations techniques, cette Standard a tout pour plaire. Elle est vraiment très agréable à jouer

Quant aux modifications électroniques, on dirait une guitare modifiée par mes soins : micros splittables, système de by-pass, inversion de phase : autant de tweak qui apportent une belle polyvalence à cette guitare mythique. Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi ils ont abandonné ces options par la suite !

Je pense la laisser dans sa configuration d’origine, car je n’ai plus vraiment de guitare à humbucker moderne dans mon rig et que les Burstbucker envoient le paté comme il faut. J’aurais personnellement opté pour (ou, au moins, proposé une variation avec) un set un peu plus vintage, comme un Classic 57 en neck et son frère Classic 57+ en bridge, plus en adéquation avec mes goûts.

Le prix des Les Paul Standard neuves continue d’être excessif à mon sens ; mais ca reste de belles guitares. Cette cuvée 2016 est assurément une réussite. Au prix de sa cote d’argus, pas question de la renvoyer : elle reste au bercail ! Vive les déstockages !

Une réaction ? Une question ? Un mot doux ? Commentez ici :

mxv