Mon dernier coup de coeur en date vient de la société américaine Bondi Effects, qui propose la Sick as Overdrive, une déclinaison très sexy de la légendaire (et hors de prix) pédale de boost/overdrive Klon Centaur.

La Klon Centaur a été produite par Bill Finnegan à environ 8000 exemplaires entre 1995 et 2009 (avec parfois quelques arrêts dans la production).  La rareté relative et le succès auprès des pros ont fait monter la cote de la pédale pour atteindre des prix complètement fous (+ de 1500$ pour une pédale initialement vendue 330$). Voici une interview de Finnegan pour en savoir un peu plus à ce sujet.

Malgré une réédition du modèle original en 2012, la KTR (avec en guise de seule décoration, l’inscription « Kindly remember : the ridiculous hype that offends so many is not of my making ».), les autres constructeurs continuent de sortir leur déclinaison du circuit ; même s’il aura fallu attendre plus longtemps pour voir la vague de clones submerger le marché que pour certaines autres pédales mythiques (Tubescreamer, Bigmuff,…). (Merci le « goop » (epoxy) recouvrant le circuit des Klon originales).

C’est comme ça dans la business de la pédale, tout le monde se copie : même Electro Harmonix s’y est mis avec la Soul Food, clone de Klon (Klone) à 65€ (un sacré pied de nez aux fabricants boutiques qui ont si souvent copié les pédales EHX « Je vous la sors à un prix public équivalent à votre prix de revient, na ! »). Top pour le prix, même s’il existe mieux. J’y viens.

In da Box

Il s’agit donc d’une pédale d’overdrive analogique munie d’un switch permettant une utilisation soit avec plus de headroom, soit avec plus de saturation et de compression (et un peu plus coloré). Elle dispose également d’une EQ active à 2 bandes (bass/high) de + ou – 15 dB selon le réglage. Notez qu’à midi (position centrale), l’EQ n’altère aucunement le signal.

Afin contrôler la pédale, on retrouve des potentiomètres pour les basses, aigus, le gain et le volume, le switch pour changer de modes et un footswitch « soft touch » très agréable sous le pied qui ne fait pas de bruit à l’activation. Elle utilise un circuit interne de 18V et est alimentée sur secteur avec un adaptateur 9V de type Boss.

La conception et la finition respirent la qualité : c’est un beau produit !

sick as

Centaur es-tu là ?

Commençons directement par répondre à la question que la majorité se pose : est-ce que ça fait le job d’un Centaur ?

La réponse est oui. Et même plus.

J’ai eu la « grande chance » de tester 2 Klon (une silver et une gold) à plusieurs reprises (Chez David de Crush the Button), et suis forcé de constater que la Sick as est bien plus complète que celle dont elle s’inspire ; et se situe dans le haut du panier des Klones améliorés que l’on peut trouver actuellement.

Dans son utilisation typique, en boost, la Klon originale magnifie le son de l’ampli en mettant en avant certaines fréquences et en ajoutant juste ce qu’il faut de gain : une petite dose de mojo qui a conquis un bon nombre de guitaristes pros. Elle n’est pas inintéressante en overdrive, mais d’autres pédales (et amplis) le font aussi bien.

A ce jeu, la Sick as s’en sort à merveille : avec le gain jusqu’à 12 heures, on retrouve la fameuse bosse caractéristique dans les mediums et les harmoniques subtiles qui font toute la spécificité du Klon Centaur. L’EQ étant très réactive, elle permet de sculpter davantage le son et de s’adapter parfaitement à tous les guitares et amplis pour sortir du mix en toutes circonstances. C’est impossible de ne pas trouver un réglage qui convienne ! (bien que ça soit déjà dur avec la Centaur originale…)

De mémoire (car je n’ai plus les originaux à disposition pour faire des tests A/B), la Klon Centaur a un peu moins de gain au final (mais on s’en fout, comme dit plus haut), tandis que la Sick as semble avoir un peu plus d’aigus de base ainsi qu’un poil de clarté et définition,. Cela reste très (très) proche.

Pour ce qui est de la complémentarité avec les autres pédales et amplis, vous aurez compris que c’est la symbiose totale.

Voici une vidéo comparative entre les deux en mode dirt boost :

Bien plus qu’un Klone

Là où la Klon excelle en dirt boost, elle devient un peu moins intéressante en overdrive à gain moyen en tant que tel. Ce n’est généralement pas un problème dans la mesure où on n’en possède rarement 2 et qu’on l’utilise plus souvent pour booster son ampli ou d’autres pédales.

S’il faut comparer honnêtement l’originale à la Sick as Overdrive, cette dernière est plus polyvalente de par ses 2 modes d’utilisations et (à nouveau) super section tonalité !

Avec le gain au minimum et en poussant le volume, on a une « simple » EQ. J’aime les guillemets, car elle est tellement efficace qu’elle peut complètement transformer l’esprit de votre guitare et de sonner complètement différemment : grossir vos singles coils ou affiner des humbuckers, c’est possible ! Notez que la réserve de volume est suffisante pour ce type d’utilisation « sans gain ». (Ca fonctionne un peu comme ça avec la RC Booster de Xotic ou le tone de la Push Up de Gamin3)

Avec un peu de saturation et une EQ neutre (selon votre guitare), elle agit comme une Centaur, en boostant délicatement les médiums (cf. ci-dessus).

En overdrive plus poussée, on peut à la fois obtenir une overdrive assez grasse, façon Fairfield Circuitry Barbershop (que j’adore aussi, aussi bien en OD qu’en Boost), que des overdrives plus neutres/transparentes, assez proche d’une Timmy de Paul Cochrane ou colorées avec des son proche d’une TubeScreamer. Tout va dépendre du mode dans lequel vous utilisez la pédale et de l’EQ.

Selon le mode d’emploi, le mode High est supposé donner un son rappelant un vieil ampli Tweed… Certes c’est gras, mais je ne n’achèterais pas la Sick as Overdrive pour cette utilisation ; il y a mieux (notamment à la Wampler 57).

Voici 2 autres vidéos de présentation de la bête dans des styles un peu différents :

Conclusion

La Sick as Overdrive, du haut des ses 200€, est tout simplement un must-have.

Ses 2 différents modes de fonctionnement et son EQ lui permettent de s’adapter à tout (guitares et amplis).

Grâce aux réglages très interactifs, on peut l’utiliser comme EQ (boost graves/aigus), léger boost (Klon-like), en overdrive transparente (Timmy-like), plus colorée (TS-like) ou plus grasse (type Barbershop). Il ne faut donc pas hésiter à tourner les boutons dans tous les sens jusqu’à arriver à satisfaction.

J’ai une Barbershop et une TubeScreamer TS808 en complément : sachez qu’elles cohabitent assez bien. La Sick As en amont ou en aval de la Barbershop, et la TS808 (Gain Min. + Volume Max.) pour apporter une coloration supplémentaire (en 1er). La Sick as en boost de la Barbershop réglée en overdrive, ou l’inverse : les résultats sont aussi différents qu’intéressants.

Je les utilise néanmoins sur des pedalboard différents jusqu’à présent, car je préfère les utiliser pour booster d’autres pédales.

Ca vous a plu ? Envie de partager ?