Malekko Spring Chicken reverb

Lorsque j’ai décidé d’agrandir mon pedalboard en évinçant le Nova System hors de la structure, j’ai pensé incorporer quelques un des effets du multi-effets scandinave dans mon floor. Parmi les reverb digitales qui sont disponibles sur ce dernier, j’étais particulièrement fan des émulations de « spring reverb », un type de reverb à ressorts.

Pour rappel : la réverbération est un effet sonore visant à reproduire l’ambiance d’un lieu plus ou moins vaste. Une reverb à ressorts consiste en un ou plusieurs ressorts souples à spires non jointives d’une dizaine de centimètres environ, bandés dans l’entrefer d’un aimant couplé à deux bobines. La première bobine va créer un champ magnétique qui va faire vibrer le ressort (via l’aimant). Ce ressort va ensuite altérer le champ magnétique de l’aimant proportionnellement au courant d’entrée, mais avec un certain retard. Ce signal retardé est capté par la deuxième bobine et est plus ou moins réinjecté dans le circuit (dosé via un potentiomètre), au même endroit où il l’avait capté. Le signal fait ainsi plusieurs boucles (sans larsen puisque le signal réinjecté est plus faible que l’original), créant l’effet de réverbération. (source : wikipedia)

Me laissant conseiller un peu partout, j’ai finalement arrêté mon choix sur la très sexy Spring Chicken de chez Malekko Heavy Industries. Les géantes spring reverb (hé oui, ca prend de la place les ressorts !) ne pouvant être miniaturisées pour rentrer dans des boitiers de taille standard de manière analogique, il s’agissait donc pour les tweakers de chez Malekko de trouver le moyen digital d’émuler au mieux le rendu de l’effet. C’est après une année d’élaboration qu’ils ont sorti le produit (bien) fini qu’est la Spring Chicken.

La finition tape à l’oeil est réussie : la peinture rose fluo à paillettes argentées est décorée d’un poulet « trash » stylisé accompagnant l’inscription Spring Chicken en lettre capitale blanche. Le résultat a vraiment de la gueule. True bypass, alim ou pile 9v, un LED ultra lumineux, IN/OUT jack et possibilité de connecter une pédale d’expression pour contrôler le taux de reverb à l’instar de l’unique potentiomètre « Chuck » présent. Une fonction très intéressante pour nuancer son effet en situation de jeu : bien vu !

Circuit analogique oblige, la Malekko est (très) nettement plus chaleureuse que la spring reverb du Nova System (bien que cette dernière ait un côté propre et net intéressant aussi). La reverb de la Spring Chicken est ample, aérienne, chaleureuse et possède une égalisation très bien équilibrée. On plane littéralement avec la reverb à fond : un délice !
Ni trop bright (comme une vraie reverb à ressorts que j’ai pu essayer, une énorme RVB-1 Reverbulator de chez Demeter cristalline mais décidement trop criarde à mon goût), ni trop oppressante dans le mix (et ce, même avec un taux de reverb conséquent), l’unique potard de contrôle « Chuck » se suffit à lui même tant la sonorité est bien foutue.

Voici une démo de cette excellente Spring Chicken :

Conclusion

Un seul bouton de contrôle suffit à vous emmener au paradis façon reverb à ressorts. Une facilité d’utilisation déconcertante et un astucieux insert pour pédale d’expression alliés à des sonorités exemplaires et un look ravageur font de cette petite Spring Chicken une véritable révélation ! Son prix de 150 euros la rend d’autant plus accessible pour une pédale boutique : un rapport/qualité/prix exceptionnel qui en fait, de loin, la meilleure reverb que j’ai pu essayer !

Une réaction ? Une question ? Un mot doux ? Commentez ici :

mxv