Parmi les pédales disponibles dans nos contrées européennes, j’étais à la recherche d’un phaser de bonne qualité autorisant un large contrôle de l’effet. Après diverses tergiversations, c’est finalement le Whetstone Analog Phaser de la société canadienne (basée désormais aux USA) Blackout Effectors et sa conception ingénieuse qui m’ont le plus séduit.

Max, I’m your Phaser !

La pédale aux dimensions généreuses arbore une couleur rouge vin pailletée et recouverte d’une robuste couche de vernis. Le logo et l’inscription Whetstone proprement inscrits sur la longueur de la pédale accompagnent le discret « Blackout Effectors » à gauche de l’unique footswitch. La conception est solide et le look est réussi. Pour ce qui est de la connectique et des indicateurs, on retrouve un trio classique IN/OUT jack, alim 9v normale et LED orange.

Le Whetstone offre des sonorités allant du son classique des phasers analogiques (basés sur l’emploi de la technologie OTA – Operational Transconductance Amplifier, presque la même chose qu’un ampli opérationnel standard, mais qui possède un étage spécial à haute impédance qui le rend plus précis et utile pour des applications d’oscillateur à fréquences variables comme le phaser) à des sonorités plus contemporaines et expérimentales. Phaser classique ou « irrégulier », subtile ou prononcé, effet d’octave instable, vibrato, ring modulator (ou assimilé), radio fuzz, univibes ainsi qu’une variété de sons hybrides phaser/tremolo/autowah, le tout avec une variété de contrôles précis, bien étagés et réactifs : cette pédale est bien plus qu’un simple phaser !

La Blackout Effectors propose pas moins de 10 contrôles différents : 5 switchs, 1 roto switch et 4 potentiomètres. Les 5 derniers cités sont les principaux contrôles du phaser :

– Rate / Range :
Le roto-switch de droite fonctionne en combinaison avec le potentiomètre RATE (deuxième en partant de la gauche, permettant de doser la vitesse de l’effet). Le RANGE sert à sélectionner une des 4 plages de vitesse : NORMAL (pour des sons « phaser » classiques), PADS (plus lent… voir beaucoup plus lent !), RING (plus vite, voir extrêmement véloce. Peut s’apparenter à un Ring Modulator (d’où son nom) mais n’agit pas de la même façon pour autant) et FIX. Cette dernière plage d’utilisation coupe complètement le LFO de la pédale. Le bouton RATE sert dans ce cas à aller sélectionner un endroit précis de l’effet du phaser pour additionner la texture. On arrive à des résultats assez différents et très inspirants comme des genre autowah ou des sonorités « radio / téléphone » nasillardes. Une approche originale pour sculpter son son !

– Feedback :
contrôle le taux de résonance (ou régénération) avec une grande progressivité. Au delà de 3h (setting horaire), le feedback atteint un point de non-retour où le signal original a été « consumé » entièrement par l’effet faisant du phaser l’élément principal du son. Les effets de variations s’entendent alors très fort.

– Depth :
contrôle le taux de mix entre l’effet phaser (wet) et le signal original (dry). Le tiers central du potard (entre 10h et 2h) donne les dosages classiques, le premier quart de la course donne un phasing très subtil qui fait briller les sons clairs juste comme il faut.

– Level :
Permet d’ajuster le niveau de l’effet pour s’accorder avec le volume du signal bypassé. Un trimpot à l’intérieur de la pédale vous permet d’ajuster la plage de volume que vous voulez couvrir. Il y a moyen d’obtenir des phasers très sales (sur un canal clean par ex) ou à l’inverse très clean (sur un canal overdrive par ex). Pour ma part, le setup d’usine me convient bien.
A noter que ces potards Level sont assez rares sur les phaser, c’est donc une agréable surprise et d’une grande utilité (on voit que c’est un guitariste qui a conçu la pédale !)

Blackout Effectors Whetstone Analog Phaser

Y a un peu plus, je laisse ?

A côté des potards principaux dédiés aux (nombreuses) sonorités classiques des phasers pouvant être générées, Blackout Effectors a intégré une série de fonctions (activables par switch) afin d’exploiter au maximum les possibilités de l’électronique déjà en place. Cette série de possibilités complémentaires (bien que parfois fortement expérimentales) donne au Whetstone une dimension « catalyseur d’inspiration » comme j’aime retrouver dans les pédales que j’achète.

– Stage II / IV :
permet de choisir d’utiliser un filtre all-pass à 2 ou 4 étages sur l’ensemble de la pédale. 2 étages ont pour effet d’adoucir le son et de le rendre plus subtile. Les 4 bandes sont quant à elles plus prononcées et donnent plus de profondeur à l’effet. Ce dernier mode est le plus caractéristique des phasers.

– Vibrato / Phased :
il est possible de transformer le phaser en vibrato à l’aide de ce switch. Le signal entrant (dry) n’est alors plus mixé au signal traité (wet), donnant un signal 100% wet. Cela a pour effet de transformer le phaser en un effet pitch vibrato très intéressant. Pour un vibrato plus subtil, utilisez le Stage II. Pour un effet autowah/tremolo, combinez le avec la position Asymmetric du switch suivant.

– Asymmetric / Symmetric :
propose une alternative aux classiques « monter-descendre » de l’effet phaser traditionnel (=position symmetric). Le mode Asymmetric donne un aspect irrégulier à la progression de l’effet du phaser en mettant en avant différentes fréquences du phasing. Le résultat s’apparente à un effet Doppler proche d’un cab Leslie à speakers rotatifs. Le son donne l’impression d’avancer et de reculer au lieu de monter et descendre (ca dépend de ce que vous avez bu aussi).

– Low Pass / All Pass :
Le mode Low Pass a pour but de transformer deux étages du All Pass en filtres passe-bas qui vont laisser passer d’avantage de basses tout en atténuant les hautes fréquences. En Stage IV, le calcul est simple : 2 étages en All Pass et 2 en Low Pass pour des tonalités de phaser plus sombres. En Stage II, les 2 étages passent en mode Low Pass et donnent un phaser/tremolo assez unique.

– Sweep Shallow / Wide :
définit si l’écart des pointes d’oscillations du LFO par rapport au centre est grand (WIDE) ou court (SHALLOW).
Dans ce dernier mode SHALLOW, on peut constater que lorsque le RATE est haut, la distance jusqu’au centre est encore raccourcie. L’inverse pour le mode WIDE. Ce switch va être assez utile dans le mode RING en donnant de belles variations ainsi que des effets d’octave.

Tout ceci est explicité dans la vidéo de présentation suivante :

Phase à la concurrence

Cette pédale m’a beaucoup impressionné tant par la qualité sonore que sa conception ingénieuse. D’apparence rebutante au vu du nombre de contrôles disponibles, la pédale est réalité très simple d’utilisation. Pour bien débuter, il convient de positionner l’ensemble des sélecteurs vers le bas (désactivant les fonctions additionnelles) et de mettre les potard à 12h (en mode RANGE Normal) : on joue, ca sonne. On chipote un peu aux boutons pour voir leur domaine d’action, ca sonne toujours. Puis on passe des heures à essayer les presets les plus improbables et on se dit qu’on a bien fait d’opter pour ce modèle 🙂

Je voulais quelque chose de simple mais paramétrable et de qualité. Les Phase 90 et 100 d’MXR ne m’ont pas plu (d’autant plus qu’il n’y a pas beaucoup de contrôles…), à l’instar du Maxon PT 9 et du Stereo Polyphonic d’Electro Harmonix (bien que plus équipés en contrôles, je n’ai pas aimé – en plus d’un look dégueu :-D). La MXR Van Halen était fort chère pour le peu de possibilités offertes (par rapport au Whetstone) mais elle sonnait mieux.

Moins cher que le Maxon PH-350 Rotary Phaser (rapport/qualité prix moyen…), que la MadProfessor Tiny Orange (vraiment trop chère) ou que le très bon Phaser de Redwitch (qui propose cependant moins de possibilités), la polyvalente Whetstone s’impose par son prix dans la bonne moyenne de l’offre et ses nombreuses qualités.

Faute de disponibilité, je n’ai pas pu tester toutes les pédales que j’aurais voulu (Retro Sonic Phaser, Pigtronix Envelope Phaser ou encore Homebrew Electronics Psilocybe pour ne citer qu’eux) mais j’affirme sans trop me tromper que le Whetsone est parmi les maître achats en la matière.

Conclusion

Le Phaser analogique de Blackout Effectors est une franche réussite ! Les sonorités classiques se mêlent avec une série de variations modernes pour explorer l’effet dans ces moindres recoins. La pédale s’adapte à tous les styles et jouit d’une polyvalence ingénieusement pensée.

N’ayant pas le bagage pour affirmer qu’il est le meilleur phaser du marché, je me contenterai de conclure en affirmant que c’est celui qui m’a plu le plus ! Assurément une valeur sûre sur ce secteur.

Une réaction ? Une question ? Un mot doux ? Commentez ici :

mxv