Une fois n’est pas coutume, lorsqu’il a été question de me fixer sur le choix d’un delay, j’ai parcouru le web à la recherche des modèles plébiscités dans ce domaine d’effet. Il est intéressant de noter que l’offre est aussi bien digitale qu’analogique pour le delay; contrairement aux reverbs qui sont le plus souvent digitale pour éviter un encombrement trop important. Après avoir repéré un certain nombre de pédales, je me suis mis en quête de magasins où les tester. J’ai finalement arrêté mon choix sur le Super Delay de la société canadienne Empress, une pédale offrant une très large gamme de déclinaisons du delay avec une qualité sonore et une dynamique top niveau.

Petite et pleine de ressource

Les gars de chez Empress ont réussi faire rentrer dans cette petite boite un incroyable nombre de possibilités toutes plus inspirantes les unes que les autres. Futuriste mais sobre, le Super Delay est ergonomique, clair et relativement intuitif malgré la quantité de réglages possibles. Ces réglages se font justement à l’aide de 5 potentiomètres précis, 4 switchs à 3 positions et 3 solides footswitchs :

– Mix : contrôle le niveau entre le signal « dry » et « wet » (autrement dit, entre le signal initial et l’effet de delay) : on dose précisément la quantité de delays que l’on injecte. Aux extrêmes, le potentiomètre donne 100% dry ou wet selon le côté.

– D Time / Ratio : dans les modes ou le Tap n’est pas activé, ce knob contrôle le temps de délais et autorise jusqu’à 2,8 secondes de décalage. Avec le tap mode, il contrôle le ratio du temps de délais par rapport au rythme tapé. Concrètement, cela permet à titre d’exemple de faire répéter votre rythme à 2x la vitesse tapée lorsque le potard est à midi.

– Mode : permet de sélectionner les 8 modes disponibles de traitement : normal delay, tap tempo delay, autoset, reverse delay, rhythm mode (multitap), tape mode, miscellaneous mode et le mode looper. Je vais y revenir un peu plus bas.

– Volume : permet d’ajuster le volume général de la pédale.

– Switch « EXP PEDAL » : permet d’assigner une pédale d’expression (optionnelle) soit au mix, soit au feedback, soit à aucun d’entre eux. Une superbe possibilité pour contrôler les effets géniaux qui sortent de la pédale et en créer de nouveaux encore plus expérimentaux !

– Switch « FILTER » : permet de choisir d’appliquer (ou non) un des deux filtres high pass ou low pass au signal décalé (uniquement, le signal initial reste intact). Low pass donne des sonorités plus chaleureuses (me rappelle un peu les delays analogiques) tandis que le high pass, plus criard, convient assez bien aux musiques électriques et aux saturations sombres.

– Switch « MODULTATION » : applique (ou non) au choix une modulation fast (rapide) ou slow (lente) au signal du delay. Slow a un rendu plus subtil et donne de la texture tandis que Fast est plus prononcé, voir incisif mais assurément plus barge (j’ai tendance à préférer).

-Switch « MODE SPECIFIC » : sélectionne un des 3 modes de fonctionnement de chaque type de delay. Oui vous avez bien compté, cela fait 8 x 3 = 24 delays différents à nuancer avec les switch modulation et filter !

Empress Super Delay

Les 3 footswitchs servent de tap tempo, de rappel de preset et de (true) bypass de la pédale (de gauche à droite ci dessus). Empress a pensé incorporer un récapitulatif des différents modes et Sub-modes sur une des tranches du boitier : bien vu, car le choix est grand et on n’a pas toujours le mode d’emploi sous la main !

L’arrière de la pédale propose une connectique simple mais efficace : alimentation (attention c’est pas une 9v classique mais bien une 9v positive, le transfo est fourni : utilisez de préférence celui la, ce serait con de cramer une pédale de cette qualité), IN/OUT jack et entrée pour la pédale d’effet pré citée.

Empress Super Delay

Delay et associés

Voici les différents modes proposés :

– Normal Mode :
consiste en un delay digital standard. Dans ce mode, le tap switch permet de couper le signal wet pendant une période du temps de délais. Cette fonction s’avère fort utile pour enchaîner des accords sans risque de dissonance lorsque le feedback est important. Le Sub-mode A est appelé « Short Delay ». Le potard D TIME fait alors varier le décalage entre 5,5 et 95 millisecondes. Pour le Sub-mode B, « Medium Delay », la plage de délais se situe entre 45ms et 800ms. De 700ms à 2,8 secondes dans le cas le Sub-mode C « Long Delay ».

– Tap Mode :
Delay muni d’un Tap Tempo réagissant en fonction du rythme qu’on lui indique. Le temps de délais est contrôlé en pressant le tap switch répétivement (le footswitch de gauche). Le potentiomètre RATIO permet quant à lui de choisir parmi 3 vitesses de répétition du tempo indiqué; au choix : même vitesse, 2x ou 4x plus rapide.
Dans le Sub-mode A, le tempo est joué au rythme tapé alors qu’il n’en est pas de même pour les autres Sub-modes : un tier du temps tapé avec un regroupement « triplet » des notes pour le B et 1,5 en « quarter triplet » pour le C. (infos sur ces « triplet » ICI). Ces variations ont pour effet de générer une série d’harmoniques et tierces supplémentaires.

– Autoset Mode :
Dans ce mode, la pédale va définir le taux de délai appliqué en analysant la dynamique de votre jeu (et plus précisément les variations haute du signal). Il est par conséquent particulièrement efficace sur des rythmiques. Les Sub-mode A, B et C, respectivement Low, Medium et High Threshold, proposent des seuils de tolérance différents qui vont s’adapter au mieux au signal que vous faites passer dans le delay. Pour les passages cleans nuancés, préférez un seuil faible et optez pour un High Threshold pour les passages en grosse disto au risque que le delay ne confonde des notes entres elles (avec les harmoniques générées) et ne provoque des temps de délais trop court, dénaturant beaucoup la qualité de l’effet. On peut éviter ce problème en contrôlant l’activité de la led jaune : si celle ci ne clignote presque plus et/ou qu’elle reste (presque) constamment allumée, c’est que le super delay ne différencie pas les notes entre elles. Ajustez le seuil en conséquence.

– Reverse Mode :
Comme son nom le laisse sous-entendre, le reverse mode joue l’effet du delay à l’envers. Les Sub-modes A et B se différencient par leur méthode contrôle du temps de délais : potard DTIME/RATIO pour le A avec le tap switch permettant de couper l’effet généré façon « gated delay » et Tap Reverse pour le B avec le potard DTIME/RATIO définissant la vitesse de répétition du tempo défini façon Tap Mode : normal, 2x ou 4x plus vite. (jusqu’à 1,4 secondes pour les 2)
Le Sub-mode C joue quant à lui le sample à l’envers au double de sa vitesse initiale. Cela provoque une montée à l’octave supérieure des sonorités générées. En jouant avec le Mix, on dose savamment le signal initial avec ces sonorités originales tandis qu’on atteint des sommets dans le « spatial » en faisant varier le feedback. C’est après avoir essayé cette fonction que vous VOULEZ une pédale d’expression pour contrôler l’effet ! Un Sub-mode C très (très) inspirant !

– Rythm Mode :
Plus explicite sous l’appellation « Multi-Tap », ce mode permet, à l’instar du Tape Mode, de définir un rythme personnel au délai. Là où c’est différent, c’est que le multi tap permet de plus de pressions sur le Tap switch que les 4 pressions standards. Cela permet de donner beaucoup de nuances à l’effet. Le Sub-mode A est labellisé « Ratio » et fonctionne de la même manière que dans les autres modes ou la fonction « tap » intervient (une dernière fois : potentiomètre D TIME/RATIO pour même vitesse ou 2x/4x plus rapide).
Le Sub-mode B « Scalling » agit sur le tempo défini en permettant au potard D TIME d’allonger ou raccourcir le rythm. Le Sub-mode C fonctionne de la même manière que le A mais en faisant varier le volume des répétitions (augmente progressivement).

– Tape Mode :
Ce mode intègre quelques caractéristiques que l’on retrouve sur les vrais écho à bandes, à savoir une légère saturation ainsi que les variations typiques des vieux delays aux bandes en état douteux. On retrouve ces traitements dans les différents Sub-modes : une émulation classique pour le A, un « Vintage Tape Delay » pour le B (sonne un peu comme un chorus) et sa variation « Vintage Tape Delay with old Tape », plus sale et plus saturé.
A noter que le temps de delay est contrôlé par le Tap switch (avec le D TIME normal/2x/4x cf plus haut).

– Miscellaneous Mode :
Le Sub-mode A « Dynamic I » a pour effet d’augmenter le feedback petit à petit tout en diminuant progressivement le volume. L’effet a donc un espèce de « fade out » sur le feedback généré; une nuance assez intéressante qui rappelle un peu un chorus. Dans le même style, le Sub-mode B « Dynamic II » agit de la même façon sur le mix et propose donc de rendre le signal de plus en plus « wet » avant extinction. Dans ces deux sous modes, l’augmentation de feedback ou de mix se fait jusqu’à hauteur de la valeur des potentiomètres respectifs.
Le dernier Sub-mode C « Tap Mute » est quant à lui tout à fait différent. Il s’agit d’un delay normal qui s’active (et se désactive) à l’aide d’une pression sur le Tap switch. La différence entre ce mode d’activation et le fait de bypasser la pédale réglée sur un delay normal ? La coupure de l’effet se fait de manière beaucoup plus progressive, permettant d’alterner en douceur entre delay et son « dry ».

– Looper Mode :
Le dernier mode propose d’enregistrer jusqu’à 13,6 secondes de loops. Les Sub-modes A et B proposent respectivement le Normal Looper (jusqu’à 6,8 secondes) et Long Looper (jusqu’à 13,6 secondes en qualité légèrement inférieure). Le Sub-mode C « Reverse Looper » va quant à lui jouer le premier loop à l’envers (avec la possibilité de passer d’un loop du mode B au mode C pour faire des overdubs délirants)

Une véritable usine à délais d’une grande qualité dont les principaux atouts sont un son très pur, aérien et une dynamique incroyable ! (les répétitions suivent les attaques d’une manière prodigieuse).

Voici deux présentations générales assez représentatives des capacités de la bête :

Super Delay wins !

Bien que je tournais initialement vers l’Eventide TimeFactor, son concurrent direct (en matière de prix et de qualité sonore en tout cas) embarquant un double délai digital et un bon nombre de possibilités de combinaisons; les nombreux modes de traitements du delay qu’offre le Super Delay se sont révélés bien plus inspirants que ceux du Time Factor et ont fait pencher ma préférence vers la boite blanche canadienne.

J’aurais bien aimé tester le Pigtronix Phi Echolution histoire d’avoir un point de comparaison haut de gamme supplémentaire (en plus de l’Eventide) mais les disponibilités de cette pédale dans notre contrée aura eu raison du duel prévu. Qu’a cela ne tienne, les Boss DD7, Line6 DL4, MXR Carbon Copy Analog Delay M-169 ou même EHX Memory Man ne tiennent pas la comparaison au Super Delay (pas des mauvaises pédales mais en soit mais nettement moins bien – ou jouissant d’un rapport qualité/prix/possibilités nettement inférieur).

Quelques autres pédales sont par ailleurs sorties du lot : La Freakshow FX Digilog (sympa mais un peu cher pour les possibilités mise à disposition), la DmB Lunar Echo (déco fun à pailettes, belles sonorités même si déception au niveau de la modulation et du « brol » Take off qui ne m’a vraiment pas convaincu – d’où un prix un peu trop élevé) et la Malekko Echo 600 Bright.
Cette dernière propose, circuit analogique aidant, un son beaucoup plus vaste et chaud. Probablement le delay « normal » que j’ai préféré pendant mes tests. Ayant eu un aperçu des combinaisons possibles avec deux delays lors de mon test du Time Factor, il n’est pas exclu que je combine la chaleur de la Malekko avec les énormes possibilités du Super Delay.

Empress Super Delay


Conclusion

« Si vous cherche un simple delay, cette pédale d’effet n’est pas faite pour vous. L’Empress Super Delay est destiné aux musiciens qui veulent être inspirés par leurs pédales, pas limités par elles. » Cette phrase traduite de la présentation du site d’Empress résume en toute modestie la vocation de cette incroyable pédale de delay. Les multiples modes aux sonorités époustouflantes et très variées amèneront votre créativé dans des paradis insoupçonnés ! Si la Malekko reste devant en qualité de simple delay (plus chaude, plus vaste et plus corpulente), la Super Delay (qui évolue dans un style plus propre et cristallin) va beaucoup (beaucoup) plus loin. Amis tweakers, foncez : ce delay est un must !

D’autres vidéos sont disponibles sur le site d’Empress !

Une réaction ? Une question ? Un mot doux ? Commentez ici :

mxv