Je suis tombé sur un quizz audio nous demandant d’identifier 3 versions d’un même extrait dans des qualités audio différentes (128kbps, 320kbps et wav non compressés).

Plutôt confiant à l’entame du test, j’ai vite dû sortir le casque et tendre l’oreille plus qu’attentivement pour déceler les nuances. Tout ça, pour arriver à poussif 7/10 comme résultat final.

Autant je n’ai jamais choisi le 128 kbps, autant sur certaines productions (surtout les plus contemporaines), c’est loin d’être évident entre les 2 encodages supérieurs ! (Peut-être que ça vient des instruments numériques utilisés ?)

Quoi qu’il en soit, ça m’a donné envie de partager le Quizz et d’élargir un peu la réflexion avec une vidéo glanée à l’époque de mon acquisition hifi et que je gardais sous le bras pour un article ultérieur comme celui-ci.

Qu’est-ce que la Hi-Res Audio / Audio HD

Et pourquoi c’est bien, en vidéo avec 01net :
.

Ce qu’il faut retenir :

– Le MP3, c’est 5% de la source (la plus audible) d’un fichier audio de base.
– Réduire la dynamique (le nombre de détails, les écarts de volume, etc.) fatigue l’oreille et l’écoute.
– Le CD équivaut à la moitié de la source originale,
– l’Audio HD représente à peu près les 3/4 du master issu du studio.
– Une fois foutu, votre tympan ne repousse pas…
– Investissez dans un bon casque directement, ça sert toujours par la suite !
– Il n’existe pas de casque « HD » (c’est du marketing) : soit il est bon, soit pas : tout simplement.

Le bon matos est indispensable

Comme ailleurs en enregistrement, il convient d’harmoniser ses équipements avec de garantir la qualité de la chaine audio. En gros :

  • Encodage merdique dans super sono = super son de merde
  • Wav non compressé dans casque de pc = dépense d’argent et d’espace de stockage inutile
  • Audio HD dans lecteur adéquat + casque HD = la solution nomade !
  • Idem, dans une sono HiFi : assurez-vous d’entendre les différences avant d’investir de folles sommes ! Ça coute TRÈS cher le monde de la Hifi 😉

 

La différence de qualité niveau encodage entre un la qualité CD et la qualité audio HD est un peu comparable à l’écart entre un Blu-ray et un DVD. Sans la TV adéquate, ton blueray n’est pas meilleur que le DVD.

Sur la durée, la HD reste plus agréable

Quand je suis passé à Spotify Premium, j’étais assez excité à l’idée d’activer l’écoute HD avec mes nouveaux équipements HiFi.

Avec Sonos (à la maison), j’ai le loisir d’alterner entre des playlists de différentes sources. Si ma consommation de musique se fait principalement via Spotify (en HD), je vais encore puiser dans mes vieux mp3 pour quelques raretés/souvenirs non disponibles sur les Internets.

Un peu comme tous ceux qui ont grandi à l’ère Napster, AudioGalaxy et Kazaa, j’avais constitué en son temps une collection d’MP3 de faible qualité. (la taille (de fichier :p ) comptait beaucoup à l’époque des connexions 56k / isdn !) Le MP3 comprime et supprime certaines fréquences par rapport au fichier CD pour le rendre plus léger et plus facilement transportable.

Un fichier compressé avec perte aura des niveaux sonores plus aplatis, des sons très aigus ou très graves qui disparaissent, voire même des artefacts de compression qui se traduisent par la disparition de certains sons pour les qualités de compression les plus basses.

Si on fait ça tout ça, c’est pour rendre le fichier plus léger et plus facilement transportable/stockable, mais à notre époque (connexion performante, gros disque dur, cloud, …) ça n’a plus de sens.

Le contraste est saisissant quand les chansons de 2 qualités s’enchainent. Quand je lance par mégarde un album sur le disque dur plutôt que sur Spotify, je m’en rends vite compte sur la durée ! Ce n’est pas un fantasme, c’est réellement plus fatiguant (sans compter les dommages que ça peut causer).

Vinyle reste le must

Je me permets d’aborder brièvement le vinyle, même si le débat était situé au niveau des formats d’écoutes en ligne. Ce support reste l’écoute que je préfère, que ça soit au casque ou via les enceintes.

En bon fan, j’ai les vinyles, les CD et diverses versions numériques des albums de Jack White et Black Box Revelation. Les vinyles l’emportent à chaque comparaison, notamment par une reconstitution de la scène stéréophonique en largeur et en profondeur nettement plus aérée et distincte, mais aussi en terme de positionnement des sources et de focalisation. (* voir en bas de page)

Ce n’est pas le plus pratique, mais ça reste le must. Qu’on se le dise 😉

Quizz (un peu) révélateur

Le Quizz en introduction est indicatif en terme de qualité, mais pas spécialement en confort d’écoute (car très court). En ce qui me concerne, j’aurais tendance à en tirer 2 conclusions suite à ce test et mon expérience :

– Pour une écoute nomade de moyenne qualité (simple écouteur, baffle connecté ou autre non HD), un MP3 haute qualité suffit (320kbps ou +). Le rapport taille de fichier/qualité audio est plus que respectable ; et si le/les diffuseur(s) ne crache(nt) pas trop, vous devriez éviter les acouphènes.

– Sur un lecteur optimisé pour la HD et muni du bon casque (ou du couple ampli/enceintes adéquat), la HD et le Wav non compressé prennent tout leur sens pour de longues écoutes.

J’aurais pu aussi appeler cet article « pourquoi choisir des fichiers volumineux »; mais bon… C’est un fait : vous avez tout à gagner à écouter de l’audio de bonne qualité ! On s’y habitue vite 😉

Soyons honnêtes, si vous n’entendez pas de différences, autant rester avec du matériel standard. Dépensez vos sous autrement 😉

 

(*) Petite théorie sur la scène stéréo des vinyles

Ma théorie concernant le vinyle et sa bonne reproduction de la scène stéréophonique, c’est que ça viendrait des craquements audibles, typiques des platines.

Ces craquements sont très au-devant de la scène stéréo. Ça s’entend surtout au début et à la fin des morceaux, quand vous entendez le souffle ou les premières notes, les craquements ont l’air d’être positionnés devant les instruments. Même s’ils sont masqués par d’autres instruments par la suite, notre cerveau continue de les percevoir.

Je me dis que c’est un peu la même chose que sur ces .gif « 3D » où les barres blanches permettent un effet d’optique qui donne l’illusion de la 3D. Peut-être que notre cerveau s’étalonne un peu différemment et perçoit plus distinctement la profondeur de la scène avec les craquements au-devant.

S’il y a des scientifiques qui me lisent, je suis curieux d’avoir leur avis 😀

 

 

Ca vous a plu ? Envie de partager ?